logo de la cgt  LORRAINE        : la CULTURE a sa page .   

10 rue de Meric 57050 METZ 

Tél.  0033(0)3 87 75 19 07
Fax.  0033(0)3 87 76 38 33 
Courriel : lorraine@cgt.fr






La CGT rend hommage à 
Maurice Failevic.

lire

THEATRE DE BUSSANG:
DIMANCHE 24 JUILLET 2016:
Bussang
SONGE D'UNE NUIT D'ETE.


Réservation

site du Théâtre de Bussang

MArche NVO


Inscriptions à l'UD CGT de Moselle.


Archélogie préventive:

culture


La SGPA CGT interpelle 
la ministre de la culture.

lire


La marche populaire de 
la NVO à La Petite-Pierre.

a eu lieu le 21 juin 2015.


Petite Pierre


La CGT s'oppose à l'agrément de la
convention assurance chômage.
Lettre de T. Lepaon au ministre.

lire

Conflits sociaux:
Il faut sortir du dialogue de sourds !

interview de Gilbert Garrel et Thierry Lepaon.

vidéo



    La CGT vous invite
    le  26 juillet 2014,
        à 15 heures .


VILLE-SUR-YRON
du 14 au 18 mai 2014.
camear des champs
16 ème édition du Festival international 
du film documentaire sur la ruralité.


lire


50 milliards de coupes supplémentaires,

et la Culture dans tout ça ?

La CGT s'adresse à la ministre
de la Culture.

lire


Réforme de l’archéologie et
 menaces sur les DRAC.
Déclaration CGT-FSU-SUD
le 18 février 2014.


lire


Le FRAC Lorraine condamné

déclaration de la Ligue des Droits de l'Homme.

lire





Théâtre du peuple de Bussang,

bussang

samedi 20 juillet 2013:
Une initiative de la CGT.

La pièce présentée cette année s’intitulait
« La jeune fille folle de son âme »
Texte : Fernand Crommelynck -
Mise en scène : Michael Delaunoy .
Durée : 2h30


lire



Georges MOUSTAKI,
un compagnon de route.

lire






L'exception culturelle en danger,
un enjeu de citoyenneté.

lire



L'Association théâtrale messine:
L'Autre Scène

 présente:

KarlMarx_2013@LeRetour.com

Karl Marx

une farce librement adaptée et inspirée
de la pièce « Karl Marx le retour »

écrite par l’historien américain Howard Zinn
 et publiée aux éditions Agone.

lire


Blog de l'Autre Scène




Théâtre du Peuple de Bussang.

Théâtre du Peuple


 
 site internet


  Centre Pompidou Metz:
la modernité pour tous.

pétition


Croire à l'impensable.
Discriminations et harcèlement moral
dans l'Education Nationale.

Un livre de Edouard SATY.
Auteur-Editeur.

bon de commande



50 milliards de coupes supplémentaires,
et la Culture dans tout ça ?
La CGT s'adresse à la ministre
de la Culture.

lire

L'enfant lacéré:
un nouveau livre de notre camarade
Luc MONTLEVRANT.
aux éditions Le Manuscrit


bon de commande

Ne plus vivre à genoux
Un livre de Michel Réveille.

Préface de Gérard Walk qui fut secrétaire général
 de l'Union Locale CGT de Metz.

Michel Réveil

Michel Réveille est un militant de la CGT,
il fut aussi prêtre-ouvrier durant 15 ans.
Il a décidé de témoigner de ses luttes, de
son engagement, de sa foi et de sa confiance
en l'humanité. Ne plus vivre à genoux c'est 
vivre debout, parce que chaque être humain 
est fait pour vivre en abondance. 

Prix 18 euros. Disponible à l'UL de Metz




Le théâtre du Peuple:
 www.theatredupeuple.fr

Saison Le Carreau       Site internet


Théâtre du Saulcy :    programme
                  

Thèâtre Gérard Philippe de Frouard : site internet

Centre André Malraux Vandoeuvre: site internet

Théâtre de la Manufacture:  site internet

Centre culturel Picasso à Homécourt :
site internet

Festival international des musiques nouvelles:
site internet

Journal  la Terrasse: site internet

Cameo Metz et Nancy: site internet

 



"Ce soir je suis allé aux Trinitaires":
de Jean Marie Leroy, directeur du Théâtre sous la Pluie". Lire

A vos livres camarades (R.Bayer):  Lire.

Le théâtre du Peuple de Bussang : Lire

Article politique culturelle de la cgt en Région par R.Bayer. Lire

Hommage à Pierre Frederic Klos: Lire



Déclaration de la Cgt

Convention Unesco pour la diversité culturelle

Lors de la 33° conférence générale de l’Unesco, 148 Etats ont d’adopté la convention portant  « protection et promotion de la diversité culturelle». Seuls deux états s’y sont opposés.

La Cgt s’en félicite. Au niveau international ce vote confirme la volonté grandissante des peuples de préserver et de développer leurs singularités culturelles et de les soustraire des lois du marché. Dans notre pays, ce vote est le résultat de l’action de la Coalition française pour la diversité culturelle au sein de laquelle les organisations de la Cgt se sont fortement impliquées avec beaucoup d’autres.

Ce vote est un acquis considérable de droit international en matière de culture. Il est une première et essentielle étape de reconnaissance de la nature spécifique des biens et des services culturels. Il affirme le droit souverain des Etats de se doter de politiques culturelles indépendantes.

Certes, la rédaction de certains des articles reste insuffisante pour contraindre les institutions et organisations du commerce international à reconnaître juridiquement l’exception culturelle. Néanmoins, cette convention, si les peuples et les états savent s’en saisir, constitue un solide point d’appui.

Pour exister réellement, cette convention doit être maintenant ratifiée par le plus grand nombre d’états.

Dans le cadre de sa contribution au mouvement syndical européen et international la Cgt agira pour que, rapidement, dans tous les pays la culture ne soit plus un enjeu de négociation marchande.

Montreuil, le 25 octobre 2005



                                                                  


 

La cgt Lorraine et les initiatives culturelles .


Le Théâtre du Peuple de Bussang 


Depuis plusieurs années, dans le cadre de ses activités culturelles l'Union Départementale des Vosges travaille
en partenariat avec le Théatre du Peuple de Bussang.
 
La CGT a la prétention et la volonté de mettre la culture à la portée du plus grand nombre et notamment des salariés.
Le Théatre du Peuple est l'endroit idéal pour cette initiative culturelle.
Créé en 1895 (année de naissance de la CGT à Limoges), par le poête Maurice Pottecher, dans le but d'apporter
aux habitants des Hautes Vosges une initiation à l'art dramatique, le Théatre du Peuple est aujourd'hui l'un des rendez vous
culturels estivaux les plus importants de la région lorraine.Edifice construit entièrement en bois, situé à l'ouest du village
de Bussang au coeur de la montagne vosgienne, il peut accueillir jusqu' à 1200 spectateurs.
Chaque année en juillet une séance est réservéeaux invités de la CGT, adhérents et sympathisants,
elle est suivie d'un apéritif débat avec le metteur en scène et la troupe, ainsi qu'avec
un invité surprise du monde culturel.



Photo Pietro Populin


Site internet: www.theatredupeuple.fr



Les Territoires et la politique culturelle de la Cgt. Travail et culture: débattre et agir en Région
Raymond Bayer


L'ENJEU DE L'ACTION CULTURELLE DANS LES TERRITOIRES
L'année 2005 s'ouvre avec de nouvelles responsabilités pour les collectivités territoriales dans tous ledomaines de la vie économique, sociale et culturelle. Les citoyens ont exprimé avec leurs votes, la volonté de voir changer les politiques publiques à l'échelle de l'Etat et dans les territoires.
L'amélioration de l'emploi, l'égalité des chances à l'école, l'accès pour tous à la formation professionnelle et au mieux être dans son cadre de vie, deviennent les conditions à partir desquelles seront jugées les politiques locales, nationales et européennes.
Ils sont nombreux ceux qui attendent des changements dans leurs conditions de vie devenues plus précaires.
Les collectivités territoriales et en particulier les Régions ne peuvent tout faire. Elles ne changeront pas, à elles seules, la logique libérale mondiale de l'économie exprimée par les politiques économiques et sociales du gouvernement. Cependant, les Régions doivent se faire entendre et doivent agir dans le cadre de leurs compétences en associant les acteurs économiques et sociaux à l'élaboration de leurs politiques.
Avec ses différentes structures territoriales: les Unions Locales, les Unions Départementales, les Comités Régionaux, la Cgt est une force de propositions pour obtenir les améliorations indispensables dans les territoires :
- par sa représentation dans les différentes instances locales et d'entreprises:  (comités d'entreprises, conseils d'établissements, conseils de développement et conseils économiques et sociaux des régions),
-  par ses syndicats au cœur même de l'engagement dans l'entreprise et les services publics.
 
 
TRAVAIL ET CULTURE" : L'ENGAGEMENT SYNDICAL !
 
Parce que la culture et le travail sont les éléments fondateurs du pacte et du progrès social, il revient à notre organisation d'inscrire en permanence ce lien au centre de nos projets et de nos revendications. Le citoyen / travailleur est l'acteur, individuel et collectif, de son histoire en constante construction.
-          En reconnaissant le travail comme un acte créateur d'autres richesses que celles du profit et de la rentabilité,
-          en refusant l'exclusion des jeunes et des plus anciens du monde du travail et la déqualification de l'emploi. La suppression et le manque de création d'emplois appauvrissent non seulement les personnes et leurs familles, elles affaiblissent les civilisations,
-          en résistant et en luttant contre toutes les formes de "marchandisation et de consommation" du travail et de la culture,
-          en défendant le principe de l'intérêt général et en développant les services publics,
-          en créant des droits nouveaux dans l'entreprise et dans les territoires pour les salariés et ceux qui sont privés d'emplois,
-          en agissant dans et avec nos propres organisations syndicales du secteur des arts et de l'action culturelle publique et privée.
Nous situons à ce niveau d'exigences, notre engagement en faveur de l'action culturelle et de la création artistique. Cette manière de voir le rapport entre la culture et le travail peut être largement partagée avec ceux qui intègrent l'action culturelle dans l'activité syndicale.
La Cgt, est prête à débattre et à agir avec ceux qui n'acceptent pas la commercialisation de notre patrimoine culturel, l'abandon du soutien à la création et la fatalité de la désertification culturelle des lieux de vie jugés insuffisamment rentables.
Le travail créateur d'identité et de solidarité est détruit par les suppressions massives d'emplois. Cette situation entraîne l'exclusion des droits sociaux et culturels fondamentaux de milliers de personnes.
Depuis la signature du nouvel accord UNEDIC modifiant les droits aux allocations chômage des professions du spectacle, un nombre important de techniciens et d'artistes sont dans l'impossibilité d'exercer durablement leurs métiers.
Ce protocole a été signé avec l'agrément de l'Etat, par le MEDEF, la CGPME et l'UPA pour les organismes employeurs et la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC pour les organisations syndicales. L'UNEDIC ne s'attaque pas seulement à une catégorie précaire de salariés, - qui ne relève d'aucune des organisations signataires – elle veut donner, avec le soutien du gouvernement, le soin au "marché des arts et du spectacle", de réguler l'offre et la demande culturelle. Ainsi cette institution "sociale et paritaire", comme dans d'autres dispositifs, (PARE…) est devenue un organisme d'accompagnement des politiques publiques libérales de l'emploi. Ces politiques s'attaquent violemment à tout ce qui représente pour le MEDEF, un obstacle pour "libéraliser" le marché du travail, jugé  trop rigide, malgré ses quatre millions de personnes privées d'emplois.
 
DEBATTRE ET AGIR LOCALEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT CULTUREL
 
L'art et l'action culturelle sont devenus ainsi une sorte de laboratoire de la flexibilité et de la précarité pour les salariés et les organisations qui s'obstinent à défendre une conception plurielle et publique de la culture pour tous. Ce n'est pas une corporation ou une activité spécifique qu'il faut défendre et soutenir. C'est de l'avenir de notre société dont il est question !
Après les grèves d'Avignon et le mouvement de ceux désignés comme les "'intermittents du spectacle", la Cgt a souhaité qu'un débat public s'ouvre avec l'ensemble des acteurs concernés par ces enjeux car la politique publique culturelle abandonne les grands principes de sa fondation au service de l'émancipation des peuples et de l'éducation permanente.
L'idée était d'organiser de "vraies assises de la culture" partout où ceux qui n'acceptent pas le recul de l'intelligence et de la création pouvaient se réunir, débattre et proposer, pour offrir une autre alternative au déclin souhaité et organisé de notre "patrimoine culturel collectif".
Cette initiative n'a pu aboutir. Elle reste cependant une ambition qui doit mieux se définir en associant très largement les artistes, les publics et les décideurs qui, sur le terrain de l'action et des politiques culturelles, veulent se rassembler pour construire d'autres projets concernant à la fois la création, la diffusion et l'accès à la culture.
Depuis mars 2004 une nouvelle configuration de la responsabilité politique s'ouvre après les résultats des élections des conseillers régionaux. La question de la décentralisation prend une nouvelle dimension. Restons très vigilant, car le gouvernement tente de se dégager financièrement de ses responsabilités en mettant en difficulté les collectivités territoriales. La dimension locale peut représenter un nouvel enjeux pour l'expression d'une citoyenneté plus proche des réalités quotidiennes.
C'est peut être le moment de saisir les élus régionaux pour qu'ils s'engagent dans un nouveau rapport civique, social, économique et culturel qui donnera du sens à la réalisation des activités dont ils ont totalement ou partiellement la charge dans le cadre de la décentralisation.
La question de l'action culturelle en région devient ainsi l'un des thèmes essentiel du débat public. Mais n'anticipons pas sur sa "décentralisation" administrative et financière de l'action culturelle, l'Etat doit rester le principal acteur et le garant des politiques culturelles publiques.
Aujourd'hui ce sont les collectivités territoriales – communes, départements, régions –  en particulier les grandes villes, qui financent principalement l'action culturelle. Les regroupements de collectivités locales, avec les projets de pays et les contrats d'agglomérations peuvent jouer un rôle important. La question de la diffusion et de l'accès au spectacle vivant et aux œuvres d'art sont de vraies préoccupations pour ceux qui souhaitent rendre leurs territoires plus attractifs et dynamiques.
Ces enjeux territoriaux rejoignent les orientations de la Cgt adoptées lors de son dernier Congrès. Ce n'est pas un hasard si la Cgt a organisé à Montpellier, à la veille de son congrès, les 3ème rencontres travail, culture et syndicalisme.
 
 
LA DIMENSION REGIONALE DE L'ACTION CULTURELLE
 
Il faut trouver les conditions et les formes qui permettent de créer une dynamique de l'engagement en faveur de l'action culturelle en région qui rompent avec les traditionnelles réunions car elles n'aboutiraient pas à une transformation concrète des pratiques dans l'entreprise et dans notre cadre de vie.
Les "assises", ont leur nécessité dans l'approfondissement du débat public mais elles ont aussi leurs limites dans la mesure où elles rassemblent souvent ceux qui ont l'habitude de ce genre de manifestations. Il est nécessaire de s'appuyer sur les initiatives culturelles dans leurs rapports au travail et au territoire.
 
-          la Région comme collectivité territoriale dispose de compétences partagées et spécifiques pour réussir le développement culturel des territoires. Elle peut, plus que d'autres collectivités, agir sur les rapports entre l'économie, la formation et la culture, le développement durable et la culture.
Dans les conseils économiques et sociaux, seconde assemblée régionale, les représentants de la Cgt avec les autres forces économiques, sociales et culturelles, peuvent proposer aux assemblées régionales une réflexion sur les rapports entre l'action culturelle et le travail, le territoire, les politiques publiques…
 
-          La région est un espace organisé en zones d'activité et d'administration de l'Etat. Les services et les entreprises publiques s'organisent souvent à l'échelle du territoire régional et inter-régional. La "région-état" regroupe les communes et les départements, auxquels s'ajoutent aujourd'hui de nouveaux espaces : les pays, les communautés urbaines et les agglomérations. Les services  régionaux de l'Etat attachés aux Préfets de Régions, ont pour mission d'assurer la déconcentration de l'Etat. Il en est ainsi des Directions Régionales des Affaires Culturelles. Leur avenir risque d'être compromis par le manque de moyens  et le retrait de l'Etat en faveur de l'action publique culturelle.
 
-          La région comme "espace public", c'est le terroir, la province. C'est un identifiant culturel, par les langues, les expressions et les traditions qu'il faut prendre comme une richesse de notre histoire commune. Le "régionalisme" peut devenir la pire des choses quand il développe un ethnocentrisme distinguant les natifs des "autres", sur des critères ressemblant à une forme  d'eugénisme géographique. L'espace régional est un lieu de vie et de travail avec ses clivages territoriaux et sociaux. Il est pétri par l'histoire, les relations, les activités et les migrations avec ses spécificités faites de solidarités, d'ouvertures mais aussi de conflits et d'isolements. Il y a tout à gagner à faire vivre la culture et les cultures en région afin de soutenir et de développer la participation de tous et de chacun pour construire un nouvel espace de mémoire, d'engagement social et de création artistique,
 
 
SE RENCONTRER POUR DEBATTRE EN REGION
 
L'idée de rencontres culturelles donne du sens et des perspectives à notre action syndicale. Le décloisonnement entre la vie professionnelle, sociale et de loisirs devient la priorité de notre engagement pour l'action culturelle en région..
Les comités d'entreprises, les associations, les compagnies et les artistes s'emploient à  promouvoir des œuvres, à créer et à diffuser des activités artistiques avec de nouveaux publics. La participation aux manifestations culturelles ne doit pas être une sorte de privilège accordé aux seuls détenteurs des savoirs et des comportements codés qu'il faudrait maîtriser pour accéder à la culture.
 
-          A Lyon Part-Dieu, immense centre commercial au cœur de la ville, les organisations syndicales, les comités d'entreprises, avec les services publics de la culture ont créé une "association culturelle Lyon Part-Dieu". Son but est de faire vivre la culture là où l'on travaille, achète et se rencontre. Cela se fait autour des œuvres présentées, par l'information et les liens tissés avec les institutions culturelles qui bordent l'espace commercial. Ainsi naissent des droits nouveaux aux salariés du secteur du commerce insuffisamment organisés.
 
-          A St Nazaire où l'éducation populaire garde ses racines en construisant l'avenir, la Cgt est à l'initiative de la réalisation d'un film et de publications sur les terribles conditions de vie et de travail de ceux qui viennent du monde entier, construire les paquebots de luxe.
 
-          En Lorraine on peut citer de nombreuses initiatives : à Villerupt, ancienne cité des mines de fer c'est le festival du film italien, à Fameck cité de la sidérurgie : le festival du film arabe. Tous deux ont été créés et réalisés par des militants d'un mouvement associatif qui ne faiblit pas au fil des années et présente des films porteurs d'une véritable exigence artistique. A Joeuf et Homécourt, petites villes qui vibrent encore des anciens bruits des industries lorraines ce sont les "rencontres sociales", théâtre, cinéma et débats qui s'invitent désormais dans la vie locale avec une Cgt totalement impliquée dans cette "réanimation" de la cité. A Bussang, l'UD Cgt des Vosges rencontre chaque année le "théâtre du peuple" pour en faire un grand moment de découverte et de partage entre artistes et syndicalistes.
 
-          Depuis des années, le Comité Régional Cgt d'Aquitaine, à fait du festival d'Uzeste un lieu incontournable de débats, de  poésie et de musique. C'est une bouffée d'oxygène pour les corps et les cœurs des participants.
 
-          A Lille, le TEC-criac (travail et culture) s'invite dans les TER (transports express régionaux) avec les usagers et les cheminots de la Cgt pour en faire un voyage de lectures et d'écritures qui rompt avec la banalité du déplacement quotidien et fait de ce moment de travail volé (le déplacement vient d'être exclu du temps de travail) un nouveau temps pour imaginer, conter et faire le livre et les livres d'une vie.
 
Bien d'autres lieux et d'autres réalisations existent avec l'implication militante des organisations de la Cgt. Avec d'autres syndicats, des associations et des mouvements la "construction/reconstruction" de la "Maison du Peuple" chère à Louis Guilloux se poursuit inlassablement. Des institutions culturelles maintiennent les liens distendus ou renouent les fils d'une histoire inachevée des rapports entre les publics et les créateurs en retrouvant l'esprit pionnier des véritables acteurs de la décentralisation culturelle que furent parmi d'autres : Vilar, Planchon, Dasté, Gignoux…
Il est encore temps de comprendre que la communication publicitaire et la billetterie, nécessaires à l'organisation des pratiques culturelles ne peuvent se substituer à l'échange et à la confrontation entre ceux qui voient et écoutent et ceux qui créent et interprètent.
"Daewoo", écrit par François Bon et mis en scène par Charles Tordjman est exemplaire de ce travail de réconciliation avec des spectateurs qui sont considérés comme les acteurs de leur vie    – (  humaine, donc ) - culturelle.
Nous pouvons être à l'initiative du débat en invitant les syndicalistes, les militants associatifs, les artistes et les professionnels de l'action culturelle, les élus à se rencontrer pour proposer et construire de nouveaux rapports entre les politiques culturelles et le citoyen, dans l'entreprise et sur le territoire comme espace de vie.
 
UNE DEMARCHE SYNDICALE POUR L'ACTION CULTURELLE
 
Des collectifs "politique culturelle de la Cgt" en lien avec la commission confédérale, pourraient localement être à l'origine de ces rencontres. Ces collectifs peuvent se constituer localement avec le soutien des UL, UD et des Comités Régionaux. Ils peuvent se faire connaître auprès des :
- Directions Régionales de l'Action Culturelle (DRAC). Il est légitime qu'une parole des usagers se fasse entendre par la voix syndicale tout comme il est important que les élus de Comités d'Entreprise soient considérés comme des partenaires, au même titre que d'autres opérateurs ou diffuseurs de programmes culturels.
C'est avec les DRAC que le droit et l'accès à la culture doit être débattu comme condition de la démocratisation de l'action culturelle. C'est aussi l'occasion d'interroger les DRAC sur le présent, le passé et l'avenir du rapport travail et culture, l'apport des cultures au travail et dans la cité des travailleurs immigrés, sur le patrimoine industriel et la culture scientifique et technique.
-   des Conseils Régionaux: ils disposent souvent d'une vice-présidence et d'une commission culture, chargées de l'élaboration et de la réalisation des politiques culturelles. Les régions disposent en régie directe ou par convention avec des associations, de centres régionaux du livre, d'offices de diffusion culturelle. Elles établissent des liens très forts avec les institutions culturelles nationales et régionales; Centres Dramatiques, Scènes nationales, Compagnies, Orchestres…Créés ou soutenus par les Régions ces institutions contribuent à leur développement culturel. Certaines régions ont investi dans le cinéma et l'image, d'autres font un travail remarquable en matière de musique…Des festivals, des manifestations, des évènements culturels sont soutenus matériellement par les régions. Elles reçoivent en retour une appréciation positive des habitants et  des visiteurs.
 
La Cgt, en associant les syndiqués des organismes culturels publics et privés à son action avec les collectifs culture, peut proposer et être à l'initiative de rencontres "sur le terrain" pour débattre de l'action culturelle :
-          en s'engageant avec les comités d'entreprises, les salariés qui souhaitent s'informer, donner leurs avis, connaître leurs droits dans l'entreprise pour conduire une action culturelle,  pour pratiquer le mécénat…,
-          en créant des liens inter-entreprises avec des institutions et des artistes pour donner une dimension locale à l'action culturelle dans le monde du travail,
-          en soutenant les pratiques culturelles dans et hors de l'entreprise, la formation artistique et les moyens pédagogiques et matériels pour accéder aux œuvres artistiques,
-          en inscrivant la dimension "travail et culture" dans le territoire à la faveur d'une réalisation culturelle,
 
Avec les services publics de la politique culturelle de l'Etat et des collectivités territoriales, cette démarche ne peut pas s'improviser. Il faut être convaincu de sa nécessité malgré tous les problèmes qui se posent aujourd'hui au syndicalisme. Depuis sa fondation, la Cgt a toujours considérer la culture comme une priorité.
 
L'émancipation du monde du travail, passe par l'action culturelle. Elle ne relève pas de l'utopie millénaire, ni des lendemains qui chantent. Il s'agit concrètement de se donner les moyens de s'approprier à la fois le travail et la culture comme bien individuel et collectif pour sauvegarder et renforcer tout simplement la dignité des femmes et des hommes.    
 
  Raymond BAYER Comité Régional cgt de Lorraine .

Télécharger l'article